En vers et contre toi

Des artistes inaccomplis à la recherche de leur art 
Pervertis par l’inspiration, inspirés par la perversion 
Pour mieux fuir l’ennuyeuse normalité
La cavale des élus damnés

Des paradis artificiels pour mieux se noyer
La prétendue solitude pour refaire surface
Puis une rencontre qui semble nous faire flotter dans les eaux de la sobriété

Une installation trop instable
Contemplée par ses créateurs assoiffés
Les bleus de son cœur laissent derrière elle du vert brisé

Mais la promesse de mécènes qui croient en l’autre
Fait parfois un Klein d’œil à la vie
Pour teinter la toile autrefois entachée d’une couleur unie

Quand artiste et muse forment un nous
Au profit d’une œuvre hors du temps

Un nu de l’âme qui se fout de la critique 
Car lui seul comprend le silence
Répond à la page blanche par ses maux 
Qu’il traduit sans artifices

S’il faut vivre alors choisissons le présent 
Inventons le passé et remémorons nous le futur 
Une allée brumeuse incertaine séductrice
Pour laquelle je subirai ces doux sévices

Du noir je veux voir le blanc
Mes torrents contre tes tourments 
Pour un voyage vers l’inconnu 
Comme si c’était écrit
En vers et contre toi



© Fiona Marie Mueller, 2013

Envoyez-moi vos mots doux